Le Club de la Presse

La Marseillaise


              

La Marseillaise, journal emblématique du paysage médiatique régional est au coeur du débat de la première édition de l'émission M'Les Médias. Françoise Verna parle de la place du journal aujourd'hui et des problématiques auxquelles il a fait et, fait encore, faire face.


Depuis avril 2017, le Club de la Presse tient une émission dédiée aux médias locaux sur la chaîne Youtube MProvence TV, intitulée M'Les Médias. À l'occasion de sa première édition, Françoise Verna, directrice de la rédaction du quotidien régional La Marseillaise était l'invitée du jour.

 

Fondée en 1943, La Marseillaise est un journal régional indépendant plutôt de gauche mais " ouvert au débat ", a une histoire qui lui est propre et qui fait de lui " un des monuments de la presse régionale ", déclare Françoise Verna. En effet, le premier numéro de La Marseillaise est paru clandestinement en 1943 et ce n'est que le lendemain de la Libération que paraît le premier numéro légal.

 

En 2016, La Marseillaise a connu des difficultés financières, a déposé le bilan et est, depuis, sous la protection du tribunal de commerce qui, en gêlant ses dettes, lui permet de travailler sur un plan de relance. Étant un journal indépendant, " la difficulté , d'après Françoise Verna, est d'avoir assez de ressources pour faire vivre une collectivité de journalistes et d'employés " et elle ajoute que La Marseillaise est en résistance et non en " difficulté économique ".

 

Depuis qu'il a externalisé l'impression de ses numéros en 2015, le journal a dédié son imprimerie, appellé l'Agora des Galériens, aux événements culturels et expositions. Il se veut un espace d'échange et de débat et a notamment accueilli un des débats du Club de La Presse dans le cadre de son 5Oème anniversaire.

 

Fraçoise Verna déclare que " La marseillaise apporte un regard nécessaire aujourd'hui " et se veut être " la voix des sans voix " car " l'nformation est un droit citoyen " . Le journal travaille à sa réémission par le biais de son plan de relance qui inclut le Mondiale La Marseillaise à pétanque, le plus grand tournoi international de pétanque, organisé chaque année le premier week-end du mois de juillet à Marseille.

 

À l'heure où les médias sont confrontés à des problématiques telles que la digitalisation des supports, la place de plus en plus importante d'internet et la présence sur le web d'une information "généralement, rapide, fragmentée et quelques fois même fausse ", " La Marseillaise, par sa pratique journaliste vieille, se retrouve au coeur des ces problématiques" d'après Michel Couartou qui rejoint l'avis de Françoise Verna sur l'évolution des habitudes des lecteurs qui " ne lisent pas moins mais diffèrement ". Il est donc de l'essor de La Marseillaise, et des journaux en général, d'adapter leur offre afin de tirer avantage de cette révolution numérique qui change " le fond et les pratiques du métier de journaliste et qui aboutit à l'émergence d'" une nouvelle génération de journalistes qui vont être de façon plus précise au coeur de la recherche de la vraie information, de la vérification de l'information", explique Michel Couartou.

Françoise Verna ajoute que le plan de relance implique également une amélioration de la diffusion du journal, qui, contrairement à son homologue régional, n'est pas disponible dans tous les " lieux de vie sociale " .

 

Enfin, pour soutenir La Marseillaise, Françoise Verna invite à découvrir son contenu, à l'acheter et/ou à s'abonner.


 

 


Rédigé le Mercredi 21 Juin 2017 à 14:16 | Lu 41 fois



Présentation

Présentation


    Aucun événement à cette date.