Le Club de la Presse

Retour sur « Papa, c’est quoi un journaliste ? », débat du 7 décembre 2017 à 18h30


              

En partenariat avec le quotidien La Marseillaise, le Club de la presse prolongeait son cycle « Journalistes, vos papiers ! » le 7 décembre dernier à 18h30 dans l'Agora des galériens de La Marseillaise, Cours d'Estienne d'Orves 13001. Etaient invités : Nicolas Roméas (Revue Archipel), Marie-Pierre Subtil (Revue XXI, 6 mois et le magazine l'Ebdo, en gestation), Olivier Bertrand (les Jours), Benoit Gilles (Marsactu), Michel Gairaud (le Ravi), Philippe Pujol (prix Albert Londres, sept info), et Coline Charbonnier (site 15-38 Méditerranée).


Une exigence commune

Ce débat, co-animé par Michel Couartou, président du Club de la Presse Marseille Provence Alpes du Sud, et Mireille Roubaud, chef d'édition à la Marseillaise, était  l’occasion d’entendre les témoignages de journalistes autour de leur métier, notamment en ce qui est du journalisme dit d’investigation ou d’enquête, voire de réflexion. Du journalisme au long cours avec vérification, recoupement et analyse, mise en perspective des informations à la différence du travail journalistique souvent effectué en PQR  qui doit traiter à chaud et sans trop de recul l’actualité (sans parler de la recherche du scoop ou de la problématique actuelle de la reprise de l’information brute provenant des dépêches).

La plupart des invités, bien que certains soient issus de la PQR à l’image de Pujol ou Gilles, insistaient sur la nécessité de prendre le temps de faire un reportage, d’aller sur le terrain rencontrer les acteurs de la société, de mettre en perspective son reportage, également celui de vérifier ses sources, les confronter, voire faire appel à des experts locaux. Le B.A. BA du métier qui tend à disparaitre, l’information et le reportage étant supplantés par la communication, avec des médias à la merci d’annonceurs sans scrupules qui coupent les vivres aux journaux ayant osé critiquer leur politique.

Une quête menée contre vents et marées


Ce fut l’occasion de débattre des nouvelles formes de support d’informations qui apparaissent avec l’ouverture de nombreux médias internet. Certains sont de pure players (15-30 méditerranée, sept info), d’autres mêlent print et web (le Ravi), d’autres misent uniquement sur le print (Archipel ou la revue XXI). Et pour ceux qui refusent de céder aux sirènes des publicités (marsactu ou encore le futur Ebdo), la question du modèle économique se pose : certains proposent des abonnements (marsactu), d’autres cherchent des formes de financements alternatifs (15-38), proposant des actions pédagogiques envers un public défavorisé (le Ravi).

L'équilibre financier reste cependant difficile à atteindre pour la plupart des médias invités. C’est alors que parmi le public, une question naïve et pleine de bon sens a émergé : pourquoi devient-on journaliste si on ne gagne pas d’argent ? Une question posée par un jeune collégien venant d’Edouard Manet, membre  du club de la presse porté par l'association Champ Contre Champ, qui les sensibilise au métier et publie depuis plusieurs années un journal annuel du collège. Avec une réponse unanime : la vocation et/ou la quête de vérité.

Texte et Photos : DVDM
 

Rédigé le Jeudi 28 Décembre 2017 à 16:35 | Lu 100 fois



Présentation

Présentation


    Aucun événement à cette date.